Le Beaujolais Nouveau

Par Anne Reverdy

Il est un vin qui ne laisse pas indifférent, qui est parfois synonyme de fête, celle de sa sortie le 3ème jeudi de novembre, ou qui est parfois vilipendé tant on l’associe parfois à de mauvais crus travaillés trop vite et sans rigueur : le Beaujolais Nouveau. Or le Beaujolais est un vin d’une multiplicité incroyable tant son cépage Gamay exprime une palette d’arômes et de saveurs étendue. Et qu’il soit nouveau, de caractère ou d’exception, qu’il soit rouge, le plus connu, blanc ou rosé, le Beaujolais est un formidable vin allié de la table. Balayons donc ses détracteurs et plongeons nous dans cette gourmande appellation.

Vue des vignes du domaine Chasselay en Beaujolais
En Beaujolais, les vignes du domaine Chasselay.

Qu’est-ce que le Beaujolais ?

Le Beaujolais se trouve juste en dessous de la Bourgogne, aux portes de Lyon, entre Mâcon et L’Arbresle, le long de la Saône et de la Brévenne. Le vignoble du Beaujolais regroupe 12 appellations, 2 appellations régionales et villages et 10 crus :

  • Beaujolais (appellation régionale)
  • Beaujolais-Villages (appellation village)
  • Brouilly
  • Côte de Brouilly
  • Régnié
  • Morgon
  • Chiroubles
  • Fleurie
  • Moulin-à-Vent
  • Chénas
  • Juliénas
  • Saint-Amour

Les vins sont élaborés à 97% avec le cépage Gamay, un cépage noir à jus blanc (peau noir et pulpe blanche), et à 3% en Chardonnay, un cépage blanc (peau et pulpe blanches). La majorité des vins sont rouges (96%) et une petite production est vinifiée en rosé et en blanc (le vin blanc restant le plus rare). Les appellation de crus sont vinifiés en rouge uniquement et c’est sous les appellations Beaujolais et Beaujolais Villages que tu trouveras des cuvées en rosé et en blanc.

Pour ce qui est du Beaujolais Nouveau, les cuvées ont été longtemps uniquement en rouge. Mais depuis 2007, tu trouves également du Beaujolais Nouveau rosé. Et ce n’est pas une simple curiosité, ce vin moins extrait se prêtant bien à ce type de vinification. Je te recommande donc d’en tester quand tu en croiseras sur ton chemin.

Pourquoi parle-t-on de Beaujolais Nouveau?

Quand est-ce qu’est apparu le 1er Beaujolais Nouveau?

Pot de Beaujolais, un contenant qui fait 46 cl
Le pot de Beaujolais, 46 cl de vin

Le vignoble du Beaujolais est un vignoble ancien, situé sur les routes antiques, valorisé par une seigneurie, les Beaujeu, une famille et un village qui ont donné leur nom au Beaujolais. Situé sur les grandes voix navigables et carrossables, les vins de Beaujolais ont voyagé facilement et ont vite atterri sur les tables d’auberges comme les Bouchons Lyonnais ou les bistrots parisiens. Servi alors en “pots“, des bouteilles de 46 cl au cul épais dont la contenance a été fixée en 1873 par décret, il a souvent été confondu avec un vin de soif.

Après la 2ème Guerre Mondiale, L’Union Viticole Beaujolaise demanda aux autorités l’autorisation de commercialiser les vins nouveaux de l’année avant la date officielle des nouveaux millésimes autorisée par les pouvoirs publics. Cette date intervint le 15 novembre 1951 pour la 1ère fois et resta longtemps le 15 novembre de chaque année. Ce n’est qu’en 1985 qu’un décret fixe la sortie du Beaujolais Nouveau au 3ème jeudi du mois de novembre, une fête le mercredi précédent venant célébrer cette sortie à Beaujeu, les “Sarmentelles“. Le mercredi, il u a défilé au flambeaux des Compagnons de Beaujolais et à minuit, un fût est mis en perce lançant le début de la consommation du Beaujolais Nouveau.

Le Beaujolais Nouveau dit beaucoup pour la réputation du vignoble Beaujolais, l’internationalisant notamment aux Etats Unis et au Japon. Dans les années 90, 50% de la production des Beaujolais étaient des Beaujolais Nouveaux, mais cette proportion a diminué aujourd’hui à 20%.

Qu’est-ce que le Beaujolais Nouveau ?

Beaujolais nouveau

Le Beaujolais Nouveau est un vin primeur : il sort avant la date de commercialisation des millésimes classiques et il n’a pas été “élevé” pendant des semaines. Le vin est commercialisé deux mois après les vendanges, après sa fermentation alcoolique et sans élevage donc. L’art du vigneron, pour que le vin soit consommable tout de suite, sera de ne pas pousser du tout les macération (cela créerait des tanins qui le rendraient imbuvable sans élevage) et/ou d’utiliser une macération carbonique ou semi-carbonique.

Ce type de macération carbonique mise au point par Michel Flanzy et Jules Chauvet, permet une fermentation très contrôlée grâce à l’injection de CO2 dans les cuves. Les raisins doivent être très sains, ramassés à la main, surtout pas écrasés ou blessés : ils ne sont dont pas égrainés (on garde les rafles, la partie verte de la grappe). La fermentation commence alors dans le grain, au lieu de se faire dans le jus avec la peau des raisins qui libérerait trop d’éléments et de tanins.

La macération carbonique confère au vins des arômes amyliques qui proviennent d’un isomère qui se forme alors et qui donne au vin des saveurs de fruits frais, de petits fruits rouges, de bonbons anglais acidulé ou de banane (on utilise cet ester pour créer l’arôme banane). En contrepartie, ce procédé rend le vin fragile.

Le Beaujolais Nouveau a un moment porté un peu préjudice à toute l’appellation, le vin primeur nécessitant un savoir-faire rigoureux, un certains productivisme des années 90 a fait confondre les autres crus du Beaujolais avec des Beaujolais Nouveaux mal maîtrisés. Mais c’est de l’histoire ancienne et chaque vin de Beaujolais a sa place, qu’il soit un vin jeune, un bin de bistronomie ou de gastronomie. Après, ce n’est qu’une affaire de goût et de préférence pour le travail de tel ou tel vigneron.

J’ai moi même longtemps reculé devant les Beaujolais nouveau, mais je me suis ravisée il y a une 10aine d’années, après avoir goûté des vins jeunes, travaillés avec soin, différemment parfois, et donnant des jus léger certes, mais croquants, fruités et gourmands.

Que Manger avec un Beaujolais Nouveau ?

Mon hot dog au cheddar

Oui, parce qu’il s’agit bien de cela, au final : les plaisirs de la table, le partage avec les amis ou la famille et un bon moment autour d’un repas. Le Beaujolais Nouveau a des arômes et des saveurs qui s’allient mieux à certains plats que d’autres crus du Beaujolais et tu le dégusteras avec :

  • une planche apéritive, garnie de charcuteries lyonnaises comme le Saucisson de Lyon ou la Rosette de Lyon, des fromages comme le Saint-Marcellin, la Tomme du Beaujolais, le Bouton Lyonnais. La cervelle de Canut si tu sers un vin rosé ou blanc.
  • des salades, la forte proportion de fruits des Beaujolais Nouveau autorisant la vinaigrette et les crudités. On mettra à table une salade lyonnaise, aux lardons, aux croûtons et à l’œuf poché ou tout simplement une salade de pissenlits.
  • dans le même esprit, un hot dog riche en moutarde, cornichons et saucisse.
  • une andouillette grillée, des grillades de bœuf comme la côte ou l’entrecôte, l’os à moelle, seront également les amis du Beaujolais Nouveau.
  • enfin, le Beaujolais Nouveau se prête bien aux desserts, notamment aux desserts à base de chocolat ou de fruits rouges, et bien entendu, à la tarte aux pralines roses.

Vas-tu fêter l’arriver de nouveau millésime? Dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires.

Laisser un commentaire