Reyna, Golden Retriever

Par Anne Reverdy

J’adore ce portrait de Reyna, notre petite chienne Golden Retriever. Il exprime tout ce qu’elle est : un chien espiègle, tendre, attentif et en même temps dissipé. Un chiot, quoi, avec un énorme cœur et beaucoup de bonne volonté face à des humains parfois un peu dépassés.

Reyna à 4 mois, notre chienne Golden Retriever robe crème
Reyna, notre chiot Golden Retriever, dans l’état où elle est en sortant de la marre, où elle a pêché je ne sais quoi, qu’elle vient tout naturellement t’offrir.

Elle est entrée comme une bourrasque dans notre vie il y a deux mois, en plein confinement, et on a tous eu un moment d’adaptation. Il faut dire qu’elle en remue de l’air, cette petite chienne, tant elle est vive, joueuse et extrêmement câline. Elle demande beaucoup et nous avons eu nos moment d’énervement, tellement on ne savait pas… Et puis l’amour, je sais que c’est peut-être pas politiquement correct de dire cela, mais pour moi, même pour les animaux petits et mignons, ce n’est pas évident.

Reyna, notre Golden Retriever à 2 mois, quand elle est arrivée à la maison
A son arrivée, Reyna n’était qu’une petite boule de poil.

Chacun de nos chats et notre chienne donc, a son caractère, qui se développe au fur-et-à-mesure qu’ils grandissent et moi, eh bien, c’est comme pour les humains, je ne les aime pas d’emblée. Il faut que je les apprenne, que je les apprivoise mais qu’ils m’apprivoisent aussi… et que la confiance s’installe, de part et d’autre.

Reyna Golden Retriever avec Saphire, siamoise
Ne pas franchir la ligne Maginot sous peine de représailles griffues… Saphire ne goûte guère Reyna. Trop agitée à son goût.

Alors je peux dire maintenant que j’aime Reyna, mais j’ai mis 2 mois à la découvrir, à savoir qui elle était vraiment derrière la tempête qu’elle déchaînait chaque fois qu’elle apparaissait.

Aujourd’hui, elle fait de gros câlins, elle a compris que j’étais aussi en sucre et qu’il ne fallait pas forcément me sauter dessus pour me prouver son amour ou pour jouer, elle a compris qu’il fallait des plages de calme et des plages plus joueuses

Aujourd’hui, je fais de gros câlins, aussi. J’ai compris qu’elle en avait un énorme besoin et qu’elle avait aussi besoin de beaucoup d’encouragement et de félicitations pour savoir comment vivre avec nous. J’ai compris son petit cœur de chiot qui déborde d’émotions qu’elle ne maîtrisait pas encore et j’ai appris à les canaliser en lui proposant une alternative à tant d’effusions. ⁠

Reyna Golden Retriever au dodo

Cette photo, donc, je l’adore : elle dit que nous savons profiter l’une de l’autre, que nous commençons à dialoguer, que la vie ensemble débute pour de longues années. ⁠
❤️⁠

Reyna vient d’un élevage familiale près de chez moi:

DES TERRES BLEUES DE L’ANJOU, Mme Cecile Laforce, 49520 Chatelais

Laisser un commentaire

2 Commentaires

  • Bonjour Anne. Elle est très mignonne Reyna elle dort comme mon Tervuren en toute confiance. Profite bien de son enfance ça passe tellement vite. Et une chose que j’ai apprise avec Enzo c’est que les chiens aiment avoir leurs choses à eux je ne le savais pas jusqu’à ce qu’il traine partout dans la maison un coussin un peu poilu et j’ai compris qu’il avait besoin d’un « doudou ». Et alors ce fut le défilé des dinosaures, cochons et autres peluches couinantes. C’était vraiment une période sympa. Profitez en bien.