Lina's Boétie, Crédit photos Prad's com

Lina’s Boétie, Crédit photos Prad’s com

Je crois bien que pour me nourrir en dehors de chez moi, je suis l’une des personnes les plus difficiles à satisfaire. En tout cas s’il s’agit de manger sur le pouce, rapidement, sans forcément prendre une entrée, un plat, un dessert dans un resto. Je veux dire, dans le réflexe réel de se nourrir, et non pas d’aller passer une expérience gastronomique ou bistrotique entre amis. Je suis le genre à sauter le repas tellement certains trucs me rebutent.

Lina's Malesherbes: et moi qui joue avec les carreaux anciens

Lina’s Malesherbes: et moi qui joue avec les carreaux anciens

D’abord, je déteste manger debout… donc les take away, à part s’il fait un temps magnifique et que je peux me poser dans un parc pour pique-niquer, c’est mort. Ensuite, je déteste le bruit: donc toutes les enseignes qui privilégient l’amoncellement des convives au détriment du confort sonore et de l’intimité, c’est aussi « no way ». Enfin, côté nourriture, sans faire la fine bouche, je demande au minimum que cela soit frais, diversifié et pas trop grassouille genre je t’ai trempé le tout dans de l’huile et du sucre pour faire passer la pilule.

Lina's Malesherbes 1

Lina’s Malesherbes

Quand tu as fait le tri, au final, je n’ai pas énormément de possibilité de me dire, c’est l’heure de manger, j’ai faim, au détour d’un resto de chaine de restauration rapide. Il y a toujours Exki que j’apprécie, Boco, mais ils sont dans un pré carré géographique assez restreint, et puis il y a Lina’s.

Lina's Malesherbes 2

Lina’s Malesherbes

Lina’s que j’aimais beaucoup il y a des années, du temps où j’allais au cinoche dans les Halles et où le complexe ciné avait un Lina’s intégré avec de grands fauteuils… pour te dire que ça date. Malheureusement, Lina’s avait baissé… pour rattraper le niveau bas du confort et de la food des enseignes moins quali qui avaient repris son concept novateur. Lina’s je l’avais donc complètement déserté. La dernière fois que j’avais essayé, j’avais ressenti comme un énorme gâchis en la matière, tant cette enseigne avait été une innovation à sa création.

Lina's Malesherbes 4

Mon sandwich très « classic de chez Lina’s » comme dans mon souvenir, comme j’aime. Et une petite salade

Parce que Lina’s, quand ils sont apparus dans mon champ de grignoteuse urban trotteuse il y a plus de 20 ans, c’était un génial concept: construire ton sandwich selon tes goûts, tes envies, ta façon de te nourrir, et ce jusqu’à la sauce, c’était du jamais vu. Quand j’avais 20 ans, soit tu te tapais le couple Mac Do/Quick, soit tu avais le sandwich de la boulangerie d’en face ou celui du café (et là tu jouais à la roulette russe). Avec Lina’s, non seulement les produits étaient bons, tout bien contrôlés au niveau de l’hygiène et de la fraîcheur, mais en plus, c’était Starbuck avant l’heure, avec un cadre de dégustation faisant la part belle au confort et à la détente, propice à la lecture et à la conversation…

Lina's Malesherbes 5

Le fameux pavé

Malheureusement, Lina’s a perdu, passé de girons en girons… et a bien failli disparaître dans les limbes du bof –. Jusqu’à l’heureuse reprise par le groupe Noura. Le traiteur libanais a d’abord rénové le restaurant du boulevard Malesherbes, puis récemment, a repris le corner de Starbuck à Boétie et en a fait le modèle flagship de son futur réseau.

L’ambition est là: celle de créer à nouveau des lieux confortables -la déco reprend les codes d’un appartement parisien peint en blanc et décoré de couleurs pimpantes tout en restant douces et apaisantes. Les murs sont en carreaux type métro, le sol en parquet et en carreaux anciens. Celle de renouer avec l’ADN le la marque: le sandwich bon et frais, avec des produits fabriqués par le groupe. C’est la force de cette reprise aussi (en plus de cette nouvelle déco): Noura est un traiteur qui a l’habitude de fabriquer lui-même ses produits, et non pas de faire juste des achats auprès de fournisseurs. Un exemple? le nouveau pain « pavé » très méditerranéen dans l’esprit d’un ciabatta qui est très recommandable!

Les camaïeux de gris de la boutique Lina's Boétie Crédit photos Prad's com

Les camaïeux de gris de la boutique Lina’s Boétie Crédit photos Prad’s com

J’avais été invitée à l’inauguration de l’enseigne rue de la Boétie, et samedi dernier, histoire de vivre le truc en dehors de la soirée presse, je suis allée avec Jeff manger boulevard Malesherbes alors qu’on était en shopping day entre amoureux. Je n’ai pas été déçue.

L’accueil est souriant, calme et détendu. La décoration mêlant les carreaux métro, les assises en camaïeux de roses et la disposition aérée est propice à la pause agréable. Je me suis fait un sandwich à base de bacon (un gimmick des fans de Lina’s) et j’ai fait changer la mayo par un fromage aux herbes. Le concept est revenu comme avant: on peut sur une base d’une dizaine de sandwichs, tout intervertir, ajouter, ôter, et se construire à nouveau le repas que l’on aime. Il y a bien entendu des salades, et une proposition de deux soupes, l’une veggie et l’autre plus nourrissante (volaille ce jour-là). Jeff a pris le fameux pain pavé dont j’ai pu admirer l’incroyable mie… et on a finalement passé une agréable pause entre deux courses dans Paris.

Un heureux « back to the future » pour cette enseigne historique… Voilà de quoi étoffer un peu mon réseau de restos « rapides » ou de « take away » qui maillent mes allées et venues dans Paris!

LINA’S
Malesherbes 17, bd. Malesherbes – 75008 Paris (la boutique est petite mais agréable, il y a une terrasse également)
Boétie 37 rue la Boétie 75008 Paris (monte à l’étage, c’est agréable, tu es un peu en dehors de la ville et quelques fauteuils t’attendent).

Laisser un commentaire

1 commentaire