A la découverte des pâtes japonaises de Nagasaki avec Elisabeth Scotto

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy02

Sômen frites

Il y a quelque semaines, nous avons été réunis autour de la Table Ronde pour découvrir lors d’un dîner délicieux, les pâtes japonaises de Nagasaki. Accompagnée de la Chef Japonaise Keiko Hanano, Elisabeth Scotto a travaillé les deux sortes de pâtes japonaises originaires de l’ouest de l’île de Kyûshû: les Sômen Shimabara et les Udon Gotô.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy01

Keiko Hanano en pleine action

Ces pâtes à base de farine de blé, remontent à la nuit des temps puisque les Udon seraient une transmission des pâtes venues de Chine, la ville de Shinkami-Gotô étant une escale commerciale importante au VIIème siècle. Les Sômen sont plus récentes, leur traces remontant au XVIIème siècle, alors qu’elles étaient déjà servies aux cérémonies bouddhistes.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy03

Elisabeth Scotto

Les Sômen Shimabara ont été surnommées Rivières de Perles en hommage à la tradition gastronomique de Minami-Shimabara: dégustées en été par les fortes chaleurs, les « Nagashi Sômen » sont les Sômen qui s’écoulent, présentées froides dans un lit d’eau courante fraîche qui roule dans de demi-bambou. Le tour d’adresse est de se saisir à l’aid edes baguettes, de ces pâtes qui coulent devant soi pour se régaler de leur fraîcheur.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy04

Cette tradition et cet art de déguster les Sômen froides a notamment lieu lors de la fête Tanabata, la fête des Sômen, le 7 juillet, fête qui célèbre la rencontre annuelle des deux amants astraux: Orihime et Hiko-boshi.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy05

Les Udon de Gotô, beaucoup plus anciens que les Sômen, sont des Udon particulièrement fins. Ils sont composés des ingrédients traditionnels de cette Archipel aux Cinq Îles: le sel et l’huile de camélias.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy08

Anchois au sel et huile de Gotô, tofu de séame de Nagasaki et Morimi de Mimami-Shimabara

Lors de notre dîner, nous nous sommes régalés dès l’apéritif de pâtes Sômen frites. Puis la Chef Keiko Hanano nous a dressé de belles assiettes d’Anchois au sel et huile de Gotô, tofu de séame de Nagasaki et Morimi de Mimami-Shimabara (soja fermenté).

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy09

Sômen en bouillon marin, maïs et épinards

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy10

Udon au pesto, légumes et noix de cajou

Elisabeth Skoto nous avait préparé des Sômen en bouillon marin, maïs et épinards, suivis de Udon au pesto, légumes et noix de cajou.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy11

Entrecôte aux cacahuètes était accompagné de Udon aux légumes.

Le plat, une délicieuse entrecôte aux cacahuètes était accompagné de Udon aux légumes.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy06

Castella

En dessert, on ne pouvait passer à côté d’un gâteau originaire de Nagasaki, gâteau dont raffolent les japonais et d’inspiration très portugaise: le Castella, accompagné de fruits rouges et de petites prunes noires.

Nouilles de Nagasaki Sômen©AnneDemayReverdy07

La Chef Keiko Hanano nous a alors cueillis avec un délicieux Shochu « Iki Jyochu- Iki Old », une boisson à base de blé, à la fois douce et corsée…

Où trouver ces pâtes japonaises? 

La Grande Epicerie de Paris, 38 rue de Sèvres, 75007 Paris
Lafayette Gourmet, 35 boulevard Haussmann, 75009 Paris
Eric Bur
Nishikidori Market

Où déguster ces pâtes japonaises?

Pramil, 9 rue du Vertbois, 75003 Paris (jusqu’à fin été 2016)
Teppanyaki Ginza Onodera, 6 rue des Ciseaux, 75006 Paris (juillet-sept. 2016)
Ayamé, rayon des plats japonais à emporter de la Grande Epicerie de Paris (octobre 2016)
La Table, restaurant de la Grande Epicerie de Paris (du 17 au 29 octobre 2016)
38 rue de Sèvres, 75007 Paris
Dersou, 21 rue Saint-Nicolas, 75012 Paris (à partir de juillet 2016)

ps: demain je t’explique comment les cuisiner et je te donne une recette :-))))

A la découverte des pâtes japonaises de Nagasaki avec Elisabeth Scotto

Mon jardin à l’heure d’été

A la découverte des pâtes japonaises de Nagasaki avec Elisabeth Scotto

Les pâtes de Nagasaki: comment les cuire? Udon froides aux tomates rôties, feta et roquette

Newer post

There is one comment

Laisser un commentaire