Les Délices de Tokyo, quand la poésie se niche dans une pâtisserie

C’est  un très joli film que je t’invite à aller voir: Les Délices de Tokyo. A l’image des anko-dorayaki dont il s’agit, cette oeuvre de Naomi Kawase enferme un cœur de mélancolie et d’amour maternel.

affiche-les-delices-de-tokyo (2)

Au coeur d’un parc de Tokyo, Sentaro est un pâtissier sans grande conviction: il vend des Anko-Dorayaki, ces petites crêpes assemblées autour d’une pâte de haricot rouge. Des collégiennes viennent goûter dans sa petite masure, des clients achètent au passage cette friandise moelleuse et sucrée. Un jour, une vieille femme se présente pour la place de cuisinière. Il refuse: elle est trop âgée, elle a l’air souffrante. Elle insiste et lui fait goûter sa pâte Anko. Il finira par accepter pour le meilleur de son art, et qui sait, de sa vie…

Histoire de transmission, du rejet par la différence, de la passion de l’ouvrage bien fait, ce film est délicieux: les images sont baignées d’une lumière cristalline, les personnages sont exposés à un regard dépouillé. Si l’histoire semble raconter un quotidien de solitude, la foi en l’humain, la vérité dans l’échange et le salut dans la rencontre sont les ingrédients émouvants d’une recette parfaite. (prends des mouchoirs si tu es bon public!)

LES DELICES DE TOKYO
Film de Naomi KAWASE
Sortie en salle le 27 janvier 2016

Les Délices de Tokyo, quand la poésie se niche dans une pâtisserie

Oeufs au lait cuits au four (caramel inside!)

Les Délices de Tokyo, quand la poésie se niche dans une pâtisserie

Magret de canard à la crème de Piment d’Espelette, quand Urre Gorria pimente ta cuisine

Newer post

Laisser un commentaire