Haricot coco rose Borlotti

Haricots-coco-Borlotti

Plutôt qu’une recette, une photo. L’avantage d’être en vacances, surtout en restant scotchée chez soi par des travaux, c’est que l’on a enfin la possibilité de faire des photos plus perso, de chercher un peu ce qu’on aimerait obtenir comme image… Or moi, ce qui me botte, ce sont les produits… J’ai un tableau Pinterest juste de produits bruts, que j’ai appelé Natural Food Products. J’y compile les photos qui m’inspirent. Je trouve que le produit est un merveilleux sujet de portrait. Mais bon, je suis très accro aussi à la peinture de genre, notamment les natures-mortes des 17ème et 18ème siècles. Ce que j’apprécie le plus dans la photo de produits, c’est l’épure.

De ces délicieux haricots, les coco roses, j’ai des souvenirs à la pelle. Ma grand-mère maternelle en préparait souvent en Corse, sur le mode ragoût, puisque ce haricot d’Italie est le parfait petit haricot du Minestrone.

Ils perdent de leur jolie couleur quand tu les cuits dans l’eau: ils deviennent bleu-violet uniformément. C’est dû aux pigments présents sur le haricot: les anthocyanes, pigments allant du rouge au bleu profond dans les légumes et les fruits. Ils deviennent bleu-vert en milieu basique ou alcalin (typiquement l’eau) alors qu’ils deviennent rouges sous l’action des acides (le citron par exemple).

Le haricot coco est assez fragile en cuisson, tu peux le trouver frais (comme ici) ou demi-sec. Surtout ne le cuits pas dans une eau salée: le sel a tendance à durcir la peau et à ralentir la cuisson du
haricot qui va donc s’écraser en purée avant d’être totalement cuit (c’est valable pour toutes les légumineuses). Le Borlotti demande 40 à 50 mn de cuisson à petit bouillon (départ eau froide), avec une feuille de laurier et une branche de thym si tu aimes, ou seul. C’est un haricot légèrement sucré, un peu farineux et je l’apprécie car sa peau est fine et tendre. Je le digère donc parfaitement.

Tu sais tout ce que je sais maintenant…

Bisou

 

Haricot coco rose Borlotti

Tartare d’avocat au crabe ou comment revisiter les classiques?

Haricot coco rose Borlotti

Bowmore Islay, quelques minutes de recueillement

Newer post

There are 6 comments

  1. Monika Thoma-Petit

    J’ai une petite question: les haricots borlotti que j’ai rapportés du marché ne sont pas encore tous marbrés de rouge, la plupart est encore blanc ( je présume qu’ils ne sont pas tout à fait mûrs). Est-ce qu’ils vont mûrir si l’on les laisse dans leurs cosses? Ou est-ce qu’ils sont quand même comestibles, lorsqu’ils sont cuits?
    Merci d’éclairer ma lanterne!

    M.T-P.

    1. Anne Demay-Reverdy

      @monika: bonjour Monika. Les haricots Borlotti se mangent généralement secs. Ils se récoltent quand les gousses sont flétries (on arrache les plants en fait pour les récolter, et on laisse sécher le tout), c’est à ce moment là qu’ils sont marbrés. En fait tu as des gousses fraîches, donc des haricots frais qui ne sont pas encore marbrés. Ils seront moins chargés en amidon et plus sucrés (le sucre de la plante ne s’est pas transformé en amidon). Par contre cela ne sert à rien de les laisser « mûrir », la gousse risque de pourrir et de contaminer les haricots. Et je ne suis pas sûre qu’ils se marbreraient de rouge à ce moment-là (seul mon grand père aurait pu me répondre sur des détails aussi pointus, lui qui était passionné de jardin, mais il a disparu il y a quelques années). Il vaut mieux manger les haricots que tu as achetés tout de suite. De toute façon, sache qu’à la cuisson, les haricots perdent leur joli marbrage, donc pas de regret. Tu auras juste un plat de haricots un peu plus doux que les haricots secs. J’espère que j’ai éclairé « ta lanterne »… avec mes maigres connaissances en la matière -ta question est très précise! 😉
      Bonne dégustation
      Anne

      1. M. T-P.

        Génial! Un grand merci de votre réponse rapide et exhaustive. Ça me permet de poursuivre mon écossage (des heures et des heures de plaisir!)

        Félicitations pour votre blogue, très Interessant!

  2. Carla Stoop

    Bonsoir,
    Pouvez-vous me dire pourquoi le s’appelle ainsi…? J’imagine que c’est un « Borlotti » qui l’a cultivé initialement, mais je ne le trouve pas…?

    MERCI de m’informer…
    Salutations…
    Carla

Laisser un commentaire