Primeurs de Noirmoutier, comment invente-t-on une nouvelle pomme de terre?


Plan mère dans un champ d’essai: la pomme de terre est teintée de rouge
car c’est impropre à la consommation, c’est celle que l’on a planté pour avoir la plante et les tubercules à déguster.

Lors de mon séjour à Noirmoutier, j’ai assisté à un processus que je ne connaissais pas du tout: l’invention et l’adoption par un terroir d’une nouvelle variété de pomme de terre.



Récolte dans un champ d’essai

 

Une nouvelle variété de pomme de terre, c’est vraiment l’affaire de passionnés. A l’origine, il y a des obtenteurs. On les appelle comme cela parce que, même s’ils inventent une pomme de terre dans leur laboratoire ou dans leur jardin, ils finissent par obtenir l’inscription au catalogue de la très sérieuse Instance Nationale des Obtentions Végétales


Dans le champ variétal… Des obtenteurs observent et s’observent…

Mais avant cela, il se passe beaucoup de temps. On compte à peu près 10 ans de recherches et de mise au point d’une nouvelle variété avant l’inscription au catalogue. La charlotte, que tout le monde connaît, a été créée par le croisement de deux variétés : la Hansa et la Danae, en 1971. C’est la firme Germicopa (Bretagne) qui en est l’obtenteur. Mais elle ne fut inscrite au catalogue qu’en 1981.



L’un des plants dans le champ variétal

Un obtenteur peut faire partie d’une grosse société fournisseur de plans qui aura ses propres stations de recherche, mais il peut aussi être un jardinier privé et passionné qui fait ses croisements dans sa serre au fond de son jardin. Par exemple, la Binje fut inventée par instituteur des Pays Bas : Kornelis Lieuwes de Vries qui lui donna le nom d’un de ses élèves.


Les plants n’ont pas forcément de nom s’ils ne sont pas encore inscrits au catalogue

En fait, il avait donné les noms de ses filles à d’autres variétés, mais celles-ci n’ont pas été retenues par le catalogue ! Une fois qu’un obtenteur a obtenu son inscription pour une de ses inventions, il touche des royalties sur chaque plan émis pendant 30 ans (c’était avant 25 ans, mais ce nombres d’années a été relevé il y a quelques années).



Dégustation à l’aveugle

Mais tout cela ne fait pas le succès d’une pomme de terre : il faut ensuite commercialiser le plan et surtout convaincre les agriculteurs de la cultiver. Pour cela, le processus qu’a mis en place la coopérative des primeurs de Noirmoutier est assez parlant.



Dans le champs d’essai

Les Primeurs de Noirmoutier cherchent des pommes de terre qui seront précoces, qui ait une bonne tubérisation : au moins 10 tubercules par plan mère), qui donne des pommes de terre fondantes, de bonne aquosité et sucrée. Ce qui fait déjà pas mal de critères. Une fois cette pré-sélection faite, on les plante dans un champ variétal.


Récolte

C’est un petit champ où les plants se côtoient. Le but est de voir comment les différentes variétés réagissent à la terre de Noirmoutier. Là aussi, une sélection va être faite : Il faut que le plant ait une bonne hauteur, indice de précocité, s’il est trop bas, ce n’est pas bon. On récolte sans avoir défolié : la pomme de terre aura meilleur goût et surtout sera plus sucrée car l’amidon n’aura pas eu le temps de se développer.

Dans le champ que nous visitons, beaucoup de Lady Christl car les fournisseurs de plants veulent convaincre Noirmoutier d’en faire… C’est la maison Meijer qui en est l’obtenteur. Autre critère de sélection : on goûte ! Les agriculteurs et les personnels de la coopérative se succèdent comme nous le faisons, dans un salle pour une dégustation à l’aveugle. Le but, avoir un note moyenne pour décider de la conformité des petites pommes de terre au goût « Noirmoutier ».



Sur le tracteur, tri des pommes de terre pendant la récolte

Enfin, une fois qu’une variété est choisie, elle ne s’en sort pas comme cela : il faut qu’elle s’adapte à la terre. Elle sera donc cultivée 2 ou 3 ans en essai pour voir si elle et le terroir font bon ménage. En ce moment, il y 60000 pieds en essai de Gwenne en essai chez un producteur.


Fleur de pomme de terre

 

Tout cela pour que se retrouve dans ton assiette une petite merveille de noisette de pomme de terre bien fondante… Quel boulot ! Quelle passion !



Sirtema en cocotte


Primeurs de Noirmoutier, comment invente-t-on une nouvelle pomme de terre?

Clafoutis tout cerise et tout flan

Primeurs de Noirmoutier, comment invente-t-on une nouvelle pomme de terre?

Riz au lait et au caramel

Newer post

There are 2 comments

Laisser un commentaire